Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 06:10

 

 

Objectif de la sortie :

Inviter par le SCAL l'objectif est de désobstruer l'étroiture terminale.

IMG_1398.JPG 

Compte rendu :

Le vendredi 16 avec Régine et Marc, nous décidons d'apporter dans la cavité le matériel nécessaire pour la désobstruction. Après un petit écart d'itinéraire , itinéraire heureusement pour nous très ombragé, sur la rive gauche d’un cours d'eau, nous arrivons devant la cavité. De l'entrée exhale un courant d'air froid et bien marqué. Ce courant d’air nous l'avons mesuré à 500L/S.

Après un rapide repas, nous entrons sous terre.Le porche d'entrée bien que modeste est confortable et est prolongé très rapidement par une galerie dont la hauteur nous permet une progression debout.Cent mètres plus loin, après un passage bas, nous remontons une colonne de calcite qui bouche entièrement la galerie. La suite se trouve dans notre dos. Un court passage en baïonnette nous mène derrière la colonne précédente. Maintenant la progression devient plus aquatique et étroite. Nous progressons dans l’inter-strate située en partie basse et au contact de l'eau d'un méandre long de trente mètres. Après une étroiture due à une colonne de calcite, nous nous relevons et butons 30m plus loin sur un dôme que nous remontons sur 4m environ.IMG 1402 2 A son sommet se trouve “l'étroiture Mistral“. Le passage est étroit mais facile bien que nous soyons obligés de nous engager les pieds en avant car derrière nous redescendons les 4 m que nous venons de gravir. De suite il nous faut remonter pour prendre une seconde étroiture qui nous mène dans le haut du méandre où nous progressons en opposition. Sur une cinquantaine de mètres nous allons faire le yoyo, monter et descendre dans le méandre ,la seule difficulté résidant dans le fait que la roche est très très glissante. Un dernier cran descendant et nous arrivons à la base d'un P10 remontant. D'après Marc, habituellement le puits est un peu arrosé. Mais aujourd'hui pour nous seul un petit pis coulis nous arrose à peine.En haut la progression se fait dans un méandre haut de 3m environ mais large de 30 à 50 cm. Enfin nous arrivons 15m plus loin à notre terminus de ce jour, une intersection( LA FOURCHE) avec une deuxième galerie rive droite et à la base d'un ressaut de 3m au sommet très très étroit. C'est ici que nous débutons la désobstruction. J'attaque donc et perce puis reperce puis tir etc etc !!!! Marc est impressionné par la qualité et la rentabilité des tirs. Régine se prend une belle gamelle dans une marmite, la roche étant particulièrement glissante, en allant se mettre à l'abri avant un tir. Heureusement plus de peur que de mal le bilan est des douleurs au poignet (et plus tard des bleus). Après 6 tirs le passage est “confort“ à ma manière. Comme nous sommes mouillés et légèrement refroidis par le courant d'air, Marc sonne l'heure du retour et en une demi heure nous sommes dehors.

Le lendemain il pleut, donc pas de sortie sous terre.

La prochaine sortie a lieu dimanche 18 avec Sam et Roger qui nous rejoingnent . Très rapidement le sommet du R3 est atteint et pendant que je change la corde du P10 tonchée, Sam et Roger dégagent le dernier tir. Nous avançons maintenant dans l’inter-strate et parcourons 10m environ avant de nous relever toujours dans un méandre à mi -hauteur super glissant. Au bout d'une vingtaine de mètre nous arrivons à la base d'un ressaut de 4m déjà équipé d'une échelle fixe.

Au sommet je devine bien l'étroiture qu'il nous faut attaquer en règle. Mais avant il faut équiper et c'est Sam qui si colle. Perché sur l'échelle il plante trois goujons dont l'un “douteux“. La corde amarrée en sécurité la désobstruction peut débuter. C'est à moi de jouer je grimpe et commence par me longer dans amarrage qui lâche !!!! c'était pas le bon, en effet le goujon de 70 n'est pas expansé aussi j'en profite pour repercer et mettre en place un deuxième amarrage. Une fois fait je débute le perçage. Comme la position n'est pas très confortable, je change et là à nouveaux un deuxième amarrage se dérobe !!!!!

STOP !!!!! je ne joue plus car là c'était un BON amarrage ou considéré comme tel.

IMG_1409.JPGEn effet il est bien expansé mais la roche est trop tendre. Il est évident qu'il faut brocher en profondeur pour travailler en sécurité. Nous décidons d'un commun accord que du haut de mon perchoir je termine et bourre un tir, puis que les amis me redescendront en sécurité. Avant de descendre je jette un regard sur la suite qui me semble bien prometteuse.

Le tir est très efficace et un bloc énorme s'est dégagé de la paroi mais pas question de le déloger sans un rééquipement du puits. N'ayant pas de broches nous décidons de plier bagage en laissant derrière nous de quoi aménager les quelques passages étroits qui séparent le R3 du P4.

Au retour alors que Marc est en tête et va descendre le R3, l'angoisse monte, Marc qui a crié vient de chuter lourdement sur les blocs en bas du R3.

Nous le trouvons comme paralysé au sol n'osant plus bouger. Petit à petit nous réalisons l'inventaire de ses douleurs. Une demi heure plus tard il est assis sur un bloc, en dehors du courant d'air, en reprenant ses esprits. Il tremble comme une feuille mais n'a pas semble t'il de température. Le choc certainement est à l'origine de son tremblement. Enfin il décide de sortir, nous l’assisterons en l'encadrant. Péniblement mais sans encombre il arrive au P10 met en place son descendeur et débute sa descente. Arrivé en bas je suis obligé de l'aider pour lui enlever. Le plus difficile débute dans la progression des passages en hauteur dans le méandre glissant. Nous arrivons avec Sam à l'aider positivement dans le franchissement de ces difficultés. Puis n'ayant pas le choix, nous lui prêtons nos épaules pour lui servir de soutient. Enfin voici le franchissement de “l'étroiture Mistral“. Sam et moi lui faisons un tapis sur lequel il viendra s'allonger pendant que Roger le pousse par les jambes. Encore un passage désobstrué en bas dans la rivière pour lui éviter une opposition délicate et le voici maintenant presque galopant dans la rivière étroite pour sortir de la cavité. Nous avons mis deux heures pour sortir avec Marc et 5 kits de matériels. Bilan de nombreuses contusions musculaires mais rien de cassé.

 

Conclusions :

Une cavité intéressante avec un fort courant d'air froid. L'équipement nécessite un brochage systématique si nous ne voulons pas d'accident. Les oppos et ressauts sont à aménager pour éviter l'incident de Marc. Deux mètres encore à désobstruer et nous accéderons à la suite.

 

Participants et clubs : R et F Landry Geckos, Marc Jupin, Roger Pradel et Sam du SCAL

 TPST: 5h et 7h30

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires