Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 06:36

 

 

 

Objectif de la sortie :

Faire la première traversée Chuats /Abel (nous le serons après) Entrée par Les Chuats 2 et sortie par le Scialet Abel.

IMG_0959.JPG

Compte rendu : Rendez-vous à 8h au séchoir. Objectif: rentrer à 10h dans la cavité. Oups. Petit pépin, Dirk a oublié son descendeur à la maison. Heureusement, il y a le descendeur (un peu) plié de David dans la voiture: petit allez-retour de Dirk à Font D'Urle: 40 min. Le temps de se préparer et on rentre à 11h. Traversée aisée au dessus de la Voie Royale super bien re-équipée. Juste quelques commentaires comme: pas assez de corde pour passez la fractio, m...e!! Comme d'hab, David fonce, le reste suit tant bien que mal et …. Dirk ne trouve pas tout de suite la sortie des Sapins d'Argiles. Juste le temps de se mettre un genou dans la glaise. Plus loin, David et François descendent ensemble le P55. Steph et Dirk se disent qu'ils leur en faut du temps pour descendre!! Quand c'est à leur tour, ils se rendent compte qu'il y a quand même beaucoup de fractios, et que la grosse corde ne glisse pas bien. Le temps d'arriver en bas, nos 2 compères ont disparu. Nous cherchons vers le collecteur, puis une autre descente, pour ensuite entendre nos 2 lascars crier dans notre dos et faire signe avec leur faisceaux lumineux.la-galerie-playmobil.JPG

Le siphon est vide, et nous avançons gentiment vers la Petite Verna: découverte pour Dirk et ancien terminus pour Steph. Nous remontons la pente glaiseuse pour nous faufiler dans le Boyau des Taupes. Comme François connait, il se glisse pieds en avant. Dirk ne connait pas et le fait tête en bas et c’est bien moins confortable !!

Quelle différence entre l’énorme salle de La Petite Verna et ce boyau super étroit. La corde et la paroi qui nous permet de descendre dans la salle Chuat Boue sont hyper glissants. Nous évitons de prendre le boyau qui mène au Grand Noir et montons au sommet de la salle, pour redescendre au fond. Là, c’est un passage clé, car nous tombons dans le siphon qui peut bloquer l’accès à la Rivière d’Or. Heureusement, il est complètement sec, ce qui n’est pas toujours le cas , semble t’il. Cela nous a évité un gros ‘passage crocodile’. Pour les novices, un passage crocodile se fait dans l’eau, mais sous les pieds, il n’y a que le la boue où parfois on ne s’arrête pas de s’enfoncer.

François et David sont tout à fait ravis de faire découvrir à Steph et Dirk le début de la Rivière d’Or. C’est vrai que cela change tout de suite d’ampleur. Fini les petits boyaux, mais des grosses dimensions vont nous emmener vers le siphon de boue du bout, terminus Des Chuats avant que les plongeurs ne passent ce verrou glaiseux.

 

 

 

 

Mais avant cela, pose casse-croûte pour tous, avec d’abord pause photos pour François, avec Dirk comme mannequin. Après 6 tentatives, de flash qui ne flashent pas, ou qui lui flashent dans la figure (ou dans l’objectif) si vous voulez, abandon de la pose photo.IMG_0969.JPG

La progression dans la Rivière d’Or, qui est décorée d’innombrables concrétions, les unes plus belle que les autre, n’est quand même pas si simple que cela. La glaise et la boue sont omniprésentes, ce qui ne facilite pas la montée et la descente de plusieurs pentes. Les premiers mètres dans le lit de la rivière sont des vrais passages crocodiles, où les découvreurs ont installé plusieurs mains courantes pour les éviter. Le seul problème, c’est qu'elles ne sont pas du tout tendues et qu’il faut ou bien beaucoup de biceps pour rejoindre les amarrages ou chaque fois jouer de la poignée. Après une traversée, Steph en a marre, et passe dans l’eau, pour découvrir que avec le peu d’eau qu’il y a en ce moment (± 25L/sec), les passages crocodiles ne sont pas si problématiques. François et Dirk font rapidement la même chose. Plus loin, par contre, passage obligatoire en hauteur pour passez le lac. Si vous ne lisez rien sur David, c’est parce qu’il a joué du lièvre, comme d’habitude pourrait-on dire.

Bientôt nous arrivons à un passage, où la rivière est vraiment impraticable. François nous raconte l’anecdote où lui et Pyb portent 2 bouteilles de plongée et qu’ils sont à plat ventre dans l’eau pour éviter de vraiment s’enfoncer dans la boue. Il n’y a à cet endroit vraiment pas de fond solide et Pyb s’en souvient encore !!

Nous remontons péniblement une dune de sable glissante, pour shunter la rivière. Et enfin, nous arrivons dans la partie hyper agréable de la Rivière d’Or. 20 min plus tard, nous sommes à la base du Scialet Abel. Petit coucou au matos de plongée pour David, au siphon pour Dirk. Nous changeons tous nos batteries avant de se lancer dans la remontée, Dirk doit auparavant encore découvrir à quoi peut servir un sachet en plastique, autre que d’y mettre son casse-croûte !!! quand on a un petit mal de ventre.les-colones-de-la-rivieres-d-or.JPG

les-geckos-a-la-riviere-d-or.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et c’est à partir de cet instant, que l’on constate une légère différence entre ceux qui sont papis et ceux qui le sont pas. En bref, DavidDSCN0174 et Steph ont mis ± 2h pour sortir et François et Dirk ± 4h. Francois-Landry-dit-papy-1.JPGCa commençait déjà avec l’étroiture d’entrée, de la suivante étroiture (punaise, celle là je vais vraiment venir la faire péter !!!). Avec ensuite la pédale de François qui casse en 2. Les Grands Puits, disons que cela se faisait bien, mais le méandre n’est pas tout à fait au gabarit de François et Dirk. Boyau Nutella nickel, et toute la suite du Scialet Abel se succède. Dirk, qui était encore coincé du dos il y a une semaine se fatigue progressivement. Bon, il fait encore jour pour sortir. Rapidos, nous rejoignons Font D’Urle où David et Steph commençait à se faire du soucis. Et bien, à partir d’aujourd’hui vous savez : les papis mettent à peine un peu plus de temps que les jeunes !!

 Dirk devreker dit Papy 2

steph-Verdot-dit-le-jeune-1.JPG

Conclusions :

C’est un traversée qui se mérite, où il est bien d’avoir un guide avec soi si on ne l’a jamais fait, et qui est récompensée par une super jolie Rivière d’Or au fond.

Ceci fût la toute première traversée Chuat – Abel, et nous sommes contents de l’avoir réalisée.

 

 

Participants : François L, Steph V, David B et Dirk D (tous Geckos)

 

 TPST : les jeunes 7h et les papis 9h (ben oui c'est comme çà)

Partager cet article

Repost 0

commentaires