Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 06:10

 

 

Objectif de la sortie :

Inviter par le SCAL l'objectif est de désobstruer l'étroiture terminale.

IMG_1398.JPG 

Compte rendu :

Le vendredi 16 avec Régine et Marc, nous décidons d'apporter dans la cavité le matériel nécessaire pour la désobstruction. Après un petit écart d'itinéraire , itinéraire heureusement pour nous très ombragé, sur la rive gauche d’un cours d'eau, nous arrivons devant la cavité. De l'entrée exhale un courant d'air froid et bien marqué. Ce courant d’air nous l'avons mesuré à 500L/S.

Après un rapide repas, nous entrons sous terre.Le porche d'entrée bien que modeste est confortable et est prolongé très rapidement par une galerie dont la hauteur nous permet une progression debout.Cent mètres plus loin, après un passage bas, nous remontons une colonne de calcite qui bouche entièrement la galerie. La suite se trouve dans notre dos. Un court passage en baïonnette nous mène derrière la colonne précédente. Maintenant la progression devient plus aquatique et étroite. Nous progressons dans l’inter-strate située en partie basse et au contact de l'eau d'un méandre long de trente mètres. Après une étroiture due à une colonne de calcite, nous nous relevons et butons 30m plus loin sur un dôme que nous remontons sur 4m environ.IMG 1402 2 A son sommet se trouve “l'étroiture Mistral“. Le passage est étroit mais facile bien que nous soyons obligés de nous engager les pieds en avant car derrière nous redescendons les 4 m que nous venons de gravir. De suite il nous faut remonter pour prendre une seconde étroiture qui nous mène dans le haut du méandre où nous progressons en opposition. Sur une cinquantaine de mètres nous allons faire le yoyo, monter et descendre dans le méandre ,la seule difficulté résidant dans le fait que la roche est très très glissante. Un dernier cran descendant et nous arrivons à la base d'un P10 remontant. D'après Marc, habituellement le puits est un peu arrosé. Mais aujourd'hui pour nous seul un petit pis coulis nous arrose à peine.En haut la progression se fait dans un méandre haut de 3m environ mais large de 30 à 50 cm. Enfin nous arrivons 15m plus loin à notre terminus de ce jour, une intersection( LA FOURCHE) avec une deuxième galerie rive droite et à la base d'un ressaut de 3m au sommet très très étroit. C'est ici que nous débutons la désobstruction. J'attaque donc et perce puis reperce puis tir etc etc !!!! Marc est impressionné par la qualité et la rentabilité des tirs. Régine se prend une belle gamelle dans une marmite, la roche étant particulièrement glissante, en allant se mettre à l'abri avant un tir. Heureusement plus de peur que de mal le bilan est des douleurs au poignet (et plus tard des bleus). Après 6 tirs le passage est “confort“ à ma manière. Comme nous sommes mouillés et légèrement refroidis par le courant d'air, Marc sonne l'heure du retour et en une demi heure nous sommes dehors.

Le lendemain il pleut, donc pas de sortie sous terre.

La prochaine sortie a lieu dimanche 18 avec Sam et Roger qui nous rejoingnent . Très rapidement le sommet du R3 est atteint et pendant que je change la corde du P10 tonchée, Sam et Roger dégagent le dernier tir. Nous avançons maintenant dans l’inter-strate et parcourons 10m environ avant de nous relever toujours dans un méandre à mi -hauteur super glissant. Au bout d'une vingtaine de mètre nous arrivons à la base d'un ressaut de 4m déjà équipé d'une échelle fixe.

Au sommet je devine bien l'étroiture qu'il nous faut attaquer en règle. Mais avant il faut équiper et c'est Sam qui si colle. Perché sur l'échelle il plante trois goujons dont l'un “douteux“. La corde amarrée en sécurité la désobstruction peut débuter. C'est à moi de jouer je grimpe et commence par me longer dans amarrage qui lâche !!!! c'était pas le bon, en effet le goujon de 70 n'est pas expansé aussi j'en profite pour repercer et mettre en place un deuxième amarrage. Une fois fait je débute le perçage. Comme la position n'est pas très confortable, je change et là à nouveaux un deuxième amarrage se dérobe !!!!!

STOP !!!!! je ne joue plus car là c'était un BON amarrage ou considéré comme tel.

IMG_1409.JPGEn effet il est bien expansé mais la roche est trop tendre. Il est évident qu'il faut brocher en profondeur pour travailler en sécurité. Nous décidons d'un commun accord que du haut de mon perchoir je termine et bourre un tir, puis que les amis me redescendront en sécurité. Avant de descendre je jette un regard sur la suite qui me semble bien prometteuse.

Le tir est très efficace et un bloc énorme s'est dégagé de la paroi mais pas question de le déloger sans un rééquipement du puits. N'ayant pas de broches nous décidons de plier bagage en laissant derrière nous de quoi aménager les quelques passages étroits qui séparent le R3 du P4.

Au retour alors que Marc est en tête et va descendre le R3, l'angoisse monte, Marc qui a crié vient de chuter lourdement sur les blocs en bas du R3.

Nous le trouvons comme paralysé au sol n'osant plus bouger. Petit à petit nous réalisons l'inventaire de ses douleurs. Une demi heure plus tard il est assis sur un bloc, en dehors du courant d'air, en reprenant ses esprits. Il tremble comme une feuille mais n'a pas semble t'il de température. Le choc certainement est à l'origine de son tremblement. Enfin il décide de sortir, nous l’assisterons en l'encadrant. Péniblement mais sans encombre il arrive au P10 met en place son descendeur et débute sa descente. Arrivé en bas je suis obligé de l'aider pour lui enlever. Le plus difficile débute dans la progression des passages en hauteur dans le méandre glissant. Nous arrivons avec Sam à l'aider positivement dans le franchissement de ces difficultés. Puis n'ayant pas le choix, nous lui prêtons nos épaules pour lui servir de soutient. Enfin voici le franchissement de “l'étroiture Mistral“. Sam et moi lui faisons un tapis sur lequel il viendra s'allonger pendant que Roger le pousse par les jambes. Encore un passage désobstrué en bas dans la rivière pour lui éviter une opposition délicate et le voici maintenant presque galopant dans la rivière étroite pour sortir de la cavité. Nous avons mis deux heures pour sortir avec Marc et 5 kits de matériels. Bilan de nombreuses contusions musculaires mais rien de cassé.

 

Conclusions :

Une cavité intéressante avec un fort courant d'air froid. L'équipement nécessite un brochage systématique si nous ne voulons pas d'accident. Les oppos et ressauts sont à aménager pour éviter l'incident de Marc. Deux mètres encore à désobstruer et nous accéderons à la suite.

 

Participants et clubs : R et F Landry Geckos, Marc Jupin, Roger Pradel et Sam du SCAL

 TPST: 5h et 7h30

 

Repost 0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 05:47

 

 

Objectif de la sortie :

prospection à la recherche de courant d'air

IMG_0925.JPG

 La plaine des Serpents

Compte rendu :

Nous sommes bien décidés à trouver une nouvelle entrée au réseau des Chuats suite à la dernière première de nos amis plongeurs. En passant nous allons jeter un œil sur l'entrée des Fleurs Blanches.

Puis nous partons dans la forêt et arrivons rapidement dans la pelouse des serpents.IMG 0908

De suite nous grattons, dégageons des blocs furetons à la recherche de courant d'air. Nous marquons au GPS ce qui nous semble le plus intéressant.

Nous descendons les deux gouffres qui sont indiqués dans l'inventaire le J1.

Nous équipons et fouillons avec Christian et concluons qu'une désob approfondie doit être effectuée au fond du deuxième puits pas de présence de neige au fond (est il question de courant d'air?)

 

 

 

 

Conclusions :

dommage que la météo n'était pas au rendez vous pourIMG_0919.JPG détecter la présence de courant d'air.

 

Doline des Épilobes ou des Lauriers de ST Antoine

X 684,767 Y 4975,656 Z 1402m

désobstruction facile jusqu’à''à 1 m de profondeur. Arrêt sur matériaux meubles soutirants.

Poursuivre la désob avec un sceaux.

 

Doline des Aconits

X 684,864 Y 4975,751 Z 1402m

petite désobstruction CA Soufflant

 

Scialet J1

X 684,932 Y 4976,161 Z 1422m

profondeur 10m

il existe deux scialet, présence de neige dans l'un, à redescendre pour chasser le CA.

 

Participants : 

Christian L., Régine et François L., Jérome Bleton et toute sa famille

IMG_0937.JPG Scialet J1 

 

 

Repost 0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 15:06

La découverte du collecteur aval

 

 

Objectif de la sortie :

Exploration et topo post siphon de la rivière d’or.

 

Compte rendu :

 

Nous démarrons notre exploration à 10h30 au parking de font d’Urle le temps est magnifique. Nous voila parti pour une grosse journée d’exploration, nous arrivons dans la rivière d’or en moins d’une heure vingt. Le temps de nous préparer, de se chauffer une bonne petite soupe Royco à la tomate (merci Céd), de fignoler nos charges plongées composées de 30 m de corde, du perforateur, du matos de topographie. Nous, nous immergeons dans le siphon vers 12h30, je fais le sert fil de la palanqué, je suis équipé de deux bouteilles de 2.5 litres acheminées par les collègues Olivier G et Raphaël L (que je remercie encore au passage) deux jours auparavant. La vision devant moi est comment dirais je ….! celle d’un brouillard opaque de couleur marron clair à la lueur de mon éclairage, je ne vois même pas le fil d’Ariane ni mes mains …., je tiens fermement cette ligne de vie à deux mains pour anticiper, une rupture de celle-ci en aval, car si je perds ce guide je vois mal comment m’orienter dans cette mélasse. La plongée se passe bien en environ 5 minutes, nous quittons nos équipement de spéléonautes pour celui de spéléos, j’ai emporté avec moi ma caméra Go-pro et deux lampes Dragonsub de 900 lumens chacune, histoire de réaliser quelques images pour les copains.

Nous empruntons au fractionnement du P17 le cheminement par les bombés de calcite histoire d’éviter les dernières cascades du puits, nous reprenons ensuite la direction de l’amont supérieur exploré au mois de mars dernier.

En moins de trente minutes nous arrivons au passage de la lucarne pour tomber dans les belles galeries puis le passage mythique des voûtes mouillantes découvertes par Manu et François. Quatre voûtes avec une revanche au plus haut de 5 cm dans de la boue liquide, il y a ambiance…derrière nous remontons une pente de glaise puis une étroiture en chicane à 45° agrandie dans l’argile avec un courant d’air à décoiffer un c….u. Les volumes reprennent de l’ampleur pour déboucher sur le P14 des « Corones de Toros » l’escalade à été réalisée sur de la 6 mm avec deux points d’assurance, il est fort ce Manu. Là on se répartit les taches Cédric monte le puits pour le ré-équiper tandis que Manu et moi attaquons la topographie. Arrivés en haut, le courant d’air est toujours présent : deux hypothèses, soit il arrive du siphon désamorcé qui a bloqué les collègues la semaine dernière ou il arrive du P18 m à descendre ? nous continuons nos visées dans la petite galerie qui nous conduit sur la suite logique du réseau (courant d’air) Céd est parti devant faire une reconnaissance, nous entendons un cri strident venant de devant, que se passe t-’il ? nous ne comprenons pas ce qu’il veut nous dire notre Clarounais national, il revient vers nous en nous indiquant que le siphon est vide de chez vide avec un courant d’air aspirant à te geler les cacahouètes…Effectivement ce siphon de sable en forme de laminoir est sec. Nous installons une corde au cas ou il se retrouve amorcé pour passer en plongée ou apnée. La première solution pour franchir cet obstacle serait la plus raisonnable au vue du profil elliptique de 50 cm de haut et 90 cm de large sur une longueur noyée qui doit avoisiner les 10m…. Derrière nous débouchons dans une galerie énorme 10m x 10m le collecteur fossile ça y est, on y est dans le réseau .

vlcsnap-2013-08-25-22h47m18s73.png

Sur la gauche, en haut d’un ressaut de calcite à environ 6m ,nous observons l’amont de la galerie .Nous continuons à droite vers l’aval plein nord le sol est composé de dunes de sable avec un petit actif qui alimente notre siphon, après rien que du fossile, nous laissons des départs à droite et a gauche pour rester sur le gros, le plafond du conduit s’abaisse, merde on va s’arrêter là, je distingue au loin de l’eau non pas un siphon pas maintenant que nenni une vasque d’eau que nous nommerons « la baignoire des plongeurs » après une vingtaine de mètres de galerie ,aux proportions honorables 7 m de large et 2 m de haut une étroiture celle du collecteur 1m de large par 80 cm de haut. Après que du gros, du gros ,du gros 10 x10m le sol est tapissé de rippel marks sur le sable, les visées s’enchaînent sur le carnet topo au fur et à mesure de la progression des cris des chants retentissent dans ces volumes incroyables nous sommes heureux de vivre et partager ce bon moment avec un regret que les copains ne soient pas là (François, Laurent, Tristan, Bab…) retenus pour différentes obligations. Nous découvrons 4 salles dont certaines énormes (60 m de large et 30 m de haut) dont certaines avec des chaos de blocs nous faisant penser à la grotte de Bournillon, nous trimbalons 50 m de cordes, 20 amarrages, un perfo pour rien, tans pis c’est le jeu ma pauvre Lucette on ne va pas s’en plaindre, seul un bout de nouille est exploité pour un passage en dé-escalade. Histoire de sécuriser les lieux parce qu’on est loin de l’entrée et comme dirait Ménil il ne faut pas se faire mal.

Il est 19h30 nous faisons une pause casse croûte, histoire de faire le plein d’énergie cela fait 4h30 que nous avançons au rythme des points topographiques. Nous échangeons sur nos représentations de la distance parcourue : Manu dit 1600m, Céd 1300 m je pense moi à 1400m. Nous reprenons la route et butons vingt mètres plus loin sur une trémie aussi ENORME que le reste du réseau mais avec un courant d’air toujours aussi présent .Manu et Céd tels des taupes fouillent les lieux il n’y a rien à faire sans matos de désobstruction ça fera pas, d’ailleurs il est temps de rentrer, il nous fallait bien un obstacle pour faire demi-tour.

Le retour se fait sans embûche avec la prise de vue de quelques images du réseau histoire de ramener un témoignage de cette découverte majeure.

vlcsnap-2013-08-25-22h48m52s4.png 

Il est 23h30 quand nous arrivons au local matos derrière le S1, le temps de déséquiper ,de se réchauffer avec une bonne soupe chinoise, nous ressortons de la cavité à 3h00 du matin sous un beau ciel étoilé la température est de 12°C , c’est que du bonheur :tout nous réussi même les conditions climatiques.

Je remercie toutes les personnes qui se sont impliquées de près ou de loin à l’accès du scialet Abel, pour les plongées réalisées depuis trois ans tout particulièrement cette année à Ménil, Oliver Garnier, Raphaël Ledoux, et un petit jeune qui était avec eux dont j’ai oublié le nom (j’en suis désolé,) qui se sont impliqués sur le portage des charges plongées. Manu Tessanne pour sa pugnacité et sa compétence pour toujours y croire et trouver des suites improbables . C’est pour moi la plus belle première réalisée depuis que je pratique cette activité, elle restera un souvenir inoubliable partager avec des potes, en espérant que l’on trouve un accès pour faire découvrir ce réseau à tout le monde.

Le bilan est de 1484 m de topographie et de première.

 

 

Participants et clubs : Manu Tessanne (Gucem), Cédric Clary (ASV), David Bianzani (Geckos)

Temps passé sous terre (TPST) : 16 h 30 (TPSE) : 10 min

 

 

 

Conclusions :

Au boulot les mecs pour trouver une cavité au -dessus ,il y a du boulot pour 50 ans……

 

pour en svoir plus sur le collecteur voici deux liens Vidéo

 


 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Repost 0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 14:54

 

Objectif de la sortie :

INITIATION d’un groupe de jeunes (8)

 

Compte rendu :

 

Le club Geckos a organisé une semaine complète d’initiation et de formation pour un groupe de jeunes âgés de 12 à 15 ans en partenariat avec Activ’Royans sur une semaine fin Juillet 2013.

Un BE nous a accompagné tout au long de ce séjour, épaulé de certains membres du Club Geckos ou autres.

 

Au programme :

  • initiation à la géologie

  • formation aux techniques de progression sur cordes et équipement pour les plus expérimentées

  • une descente de Canyon

  • les cavités visitées : Scialet libet, rivière souterraine de Gournier, Gour fumant/ Faux gour et comme canyon la partie médiane des Écouges.

Participants et clubs : Antoine et Thomas (invité) : Activ’Royans (8 Jeunes + 1 animateur Jérôme) , Antoine, François, Dirk, PYB (BE), Mia, Stéphane Eymer (BE), Benoit G.(GSV).

 

Conclusions :

L’ensemble du séjour s’est très bien déroulé. Remerciements à tous les participants et accompagnateurs qui ont permis cette semaine. Le mieux est de regarder les photos :

cliques sur le lien link 

Repost 0
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 10:35

 

Objectif de la sortie :

Explo et topo post siphon de la rivière d’or.

 

Compte rendu :

 

Nous arrivons à 9h40 au parking de font d’Urle le temps n’est pas au beau fixe, du brouillard couvre tout le plateau, la température n’excède pas les 10°C. Cela ne sera pas évident de trouver la cavité. Effectivement, il nous faudra près de 40 minutes pour localiser l’entrée du trou, tout ça avec la rencontre insolite d’un troupeau de moutons protégé par cinq patous ….. bien décidés à en découdre avec nous ;s’ils avaient parvenus à franchir la clôture électrique on aurait eu chaud au cul… enfin que du bonheur… après dix minutes de préparation le temps de s’équiper et de mettre en place la corde d’entrée , nous descendons à 10h30 dans la cavité en trainant un kit remplit du matos plongée et topo, pour arriver au fond il nous aura fallu 1h30 de progression à travers quelques gouttes dans les puits terminaux, le boyau Nutella s'est franchi sans difficulté avec un niveau d’eau un peu plus haut mais pas pire. Par contre la rivière d’Or est bien active :l’eau nous arrive aux mollets, il y a un bon débit, on s’interroge sur la possibilité de réaliser cette plongée puis on en conclut qu’il faut essayer, la touille ne restera pas dans le siphon.

Après une heure de préparation technique et psychologique nous voilà partis dans ce siphon aval et là surprise ! il faut avancer plus vite que le courant car tous les sédiments soulevés sont propulsés devant nous. Je me déplace rapidement sans non plus omettre l’inspection du fil d’Ariane que je repositionne sur mon passage, car il s’est déplacé dans les sections pièges (endroit le plus étroit dans la section de la galerie) il est un impératif de le positionner au risque de se coincer ou de perdre ce lien précieux à l’air libre. En 3 minutes nous franchissons le siphon la consommation de l’air dans une bouteille a été de 20 bars de pressions ce qui est insignifiant.

Nous décidons d’aller topographier les galeries découvertes au cours de l’exploration précédente. Nous observons en rive gauche de la grande galerie un affluent coule d’un méandre le débit est assez important. Au passage du première puits de 12m la cascade coule assez fort, Manu descend pour replacer la corde pour les puits suivants, pendant ma descente il me guide pour ne pas me faire entrainer sous la chute d’eau.

Arrivés en bas des puits, nous reprenons notre marche en direction du fond pour attaquer la topo au cours du cheminement sur un pan rocheux mon pied glisse sur une fine couche d’argile, je me réceptionne sur la main droite, j’ai heurté avec force la paume, coté pouce un hématome se forme sans perdre trop de mobilité, je grimace un peu mais ça va, on ira doucement pour la suite.

Nous arrivons au dôme de calcite en rive gauche au dessus de la salle explorée avec François. Nous débutons la topographie ,nous réalisons une quinzaine de visées pour arriver dans une galerie supérieure fossile avec un beau volume (6m x 6m) deux salles jonchent le parcours avec un puits de 8 m de diamètre mesuré au disto à plus 27m de hauteur, avec un départ de galerie situé à 15m de haut, nous nous arrêtons au pieds du ressaut de la lucarne où se trouve le courant d’air et les voutes mouillantes ; au vue des niveaux d’eau nous stoppons notre progression.

Nous rebroussons notre chemin pour faire la première d’un aval dans cette galerie amont. Les volumes sont toujours aussi importants, la galerie est descendante nous identifions deux départs de galeries (très intéressant en hauteur à réaliser) dans une salle nous découvrons un méandre à explorer (1.8m de haut par 0.8 de large) nous continuons sur la suite évidente qui se termine une centaine de mètres plus loin sur une énorme salle marneuse que l’on nomme la salle OFFSHORE pensée pour notre pote François qui n’a pu être de la partie en raison de son départ à l’étranger pour le boulot.

Sur le retour, nous décidons de passer par le méandre. Etant donné les passages boueux nous le nommons le méandre de la mouche à merde .Après 70m de visée topo nous arrivons dans l’affluent actif de la salle explorée avec François l’année dernière, nous sommes revenu sur nos pas.

chuat-riviere-d-or-croquis.jpg

Nous en profitons pour topographier l’affluent actif il y a beaucoup d’eau, ça nous empêche de caler une dernière visée pour boucler.

Ma main me lance .Nous rebroussons notre chemin pour inspecter un dernier départ, l’escalade du bombé de calcite au -dessus du fractionnement du premier puits, Manu attaque la grimpette pendant que je déséquipe les précédents puits. Il est remonté sur une dizaine de mètres, je le rejoins à notre droite une diaclase descend au- dessus des bombés de calcite que nous voulions escalader. Après quelques minutes pour fixer deux AN et deux AS au marteau et spit je le rejoins sur une belle banquette. Le voilà grimpé encore d’une quinzaine de mètres sur des ressauts de calcite, au passage, il sécurise la corde pour que je puisse l’accompagner maintenant c’est fini… plus de corde, nous montons d’une dizaine de mètres en libre sur une pente pas très raide devant nous en hauteur deux jolies départs à gauche du noir derrière des blocs à droite la base d’un puits qui à l’air de remonter par contre le plus délicat c’est qu’il faut franchir une banquette en devers de blocs marneux pas très jolie… !!! On en restera là aujourd’hui.

Malgré une remontée épique sous la cascade du P12m qui m’aura valu un bon rinçage, nous voici 20 minutes plus tard prets à plonger le siphon voilà cinq heures qu'il a eu le temps de décanter : effectivement l’eau est limpide. Zut c’était le jour pour faire la topographie des lieux et surtout équiper cette portion de réseau en corde….. !!!!

Le retour à la surface est express à vide en moins de 2h15 nous retrouvons la lumière du jour ou plutôt celle de la lune il est 22h15, avec les hurlements des patous nous retrouvons le chemin de retour sans embuche, heureux des bons moments passés ensemble en explo.

Le bilan est de 452 m de topographie dont 224 m de découverte.

 

Participants : David Bianzani, Manu Tessane TPST 12h TPSE 10 mn 

 

POUR VOIRE LA VIDÉO DE L'EXPLO clique


 

 

 

 

 

Repost 0
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 09:36

Objectif de la sortie :

Répondre à l'invitation de Monsieur Clot directeur des services techniques de ST Jean en Royans suite à sa participation à la découverte spéléologique de la grotte du Frochet dans le cadre de l'animation “Fenêtre sur Combe Laval“

Émettre nos observations sur les sources captées des Berneries.

 

Compte rendu :

Rendez vous à 8h aux services techniques de ST Jean où nous prenons contact avec Messieurs Jérémy Gémard et Jean louis Rambert du service des eaux. Ils nous conduisent sur place où nous rencontrons Monsieur Escoffier, élu municipal chargé des affaires techniques.

Nous visitons, guidés par JG. l'ensemble des sources captées.

Nous observons que ces captages sont réalisés par un savoir faire très ancien qui consiste à creuser une galerie en suivant le ruissellement des différentes arrivées d'eau.

La réalisation de ces galeries voutées est spécifiques au creusement dans le “Tuf“. Nous avons ici une galerie étroite 0m70 de large et haute en moyenne d'1m60 creusée apparemment sans moyen artificiel (explosif), à la pioche et à la scie (?) Ces galeries présentent à certain endroit bien marqué une faiblesse car le “Tuf“ laisse place à un conglomérat friable et instable.

L'axe moyen des galeries de drainage vont de 145° à 110° se dirigeant sous la montagne de l'Écharasson.

Le cours principal sourd d'un éboulis qu'il serait inopportun de déstabilisé. L'on constate à cet endroit que “nos anciens“ bâtirent un soutènement en pierre de Tuf taillée.

Le cours secondaire à tendance à se boucher par calcification sur les racines dites de “queue de renard“. Un nettoyage radicale (prévu par le service des eaux, septembre 2013) est nécessaire pour garantir l’écoulement du débit.

Le débit global est estimé (non calculé) à 3L/S.

 

Conclusions :

Un édifice en bon état.

L'eau est claire et limpide malgré de très grosses précipitations 48 h avant.

Nous assistons à une calcification du lit de l'aqueduc souterrain très rapide.

Présences d'animaux (sans grande conséquence)

deux loirs

un triton

trace de nidation de chauve souris (galerie de trop plein au niveau de la route)

 

le site aérien présente une magnifique cascade de tuf, cachée par la végétation, ayant fait l'objet d'extraction (carrière) de blocs pour la construction.

 

Participants

 Dirk, Régine et François pour les Geckos

TPST 2H

Repost 0
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 23:45

Compte rendu de la REUNION du 12 Juillet 2013 :

 

Participants :Patrick et Francine ; Régine ; François ; Antoine ; Jérôme ; Stéphane V. ; Laurent

 

La réunion avait lieu dans la maison de campagne de Jérôme à St Jean.

 

Sortie femmes :

Elle a eu lieu le 13 juillet comme prévu.

4 femmes et 2 fillettes ont pu découvrir les étroitures et belles salles de la grotte roche.

Elles étaient visiblement enchantées par cette découverte et la sympathie de leurs accompagnateurs (Antoine, Jérôme, Patrick, François et Régine).

Après la sortie, François a fait un petit cours sur les couches géologiques et Antoine a exposé 2 panneaux sur l’aspirateur : c’était bel et bien une sortie femmes !

La journée s’est terminée par un barbecue chez les Landry et un feu d’artifice dansant.

Une très belle journée !

 

Fenêtre sur Combe Laval :

François L proposera 2 sorties hydrologiques les mardis 16 juillet (15 personnes) et 13 Août.

Au programme : visite le matin au Frochet jusqu’au siphon avec la présence d’un plongeur,

l’après-midi : exposé depuis la route de Combe Laval sur tout ce qui y coule.

 

Expositions :

En lien avec Combe Laval, une exposition de photos a lieu sur la ligne de l’ancien tram.

A la maison du tourisme de St Jean sont exposés les objets découverts au cours des fouilles archéologiques du Frochet. A voir !

 

Le camp d’été :

Ce camp fait suite à une invitation de spéléos de Montpellier pour continuer l’explo d’un trou où il y a de la première à faire.

Il se situera près des villages de Roqueredonde et Le Caylar, à La Jase du Plet, au dessus de Montpellier, du 15 au 21 Août.

Les personnes intéressées prendront contact avec François et Régine.

 

Sinon, la spéléo se continue aussi dans notre bon vieux Vercors. Stéphane V. a l’intention de continuer à gratter au Bournillon supérieur, et d’autres ont sûrement des projets.

N’hésitez pas à les diffuser sur la liste Gekcos !

 

Enfin, beaucoup l’attendaient : la première traversée Les CHUATS – ABEL est programmée pour le Samedi 31 Août.Réserver votre journée !

 

 

A.G. du CDS de fév. 2014 :

Suite au désistement des SPLOG pour l’organisation de cette A.G., elle sera organisée à la maison du sport à Valence.

 

Le matériel :

Stéphane V. demande à ce que tout emprunt de matos soit bien noté sur le tableau ou dans le cahier( ça y est il est acheté) pour que nous puissions savoir dans quels trous se trouve le matos.

Idem lorsqu’une personne fait du coupage de cordes.Régine propose de se retrouver un soir pour marquer et ranger le matériel.

Le déséquipement des compères a été évoqué. François a l'intention d’y retourner avec Dirk cet automne pour, au minimum, y finir la topo.

 

Semaine de spéléo avec 8 jeunes d’ACTIV Royans encadrés par PYB : du 22 au 26 juillet

Il était proposé aux Gekcos de participer à l’encadrement. Antoine sera présent pour 3 ou 4 des 5 sorties ; François et Patrick viendront aussi quelques jours.

 

Bon été !!

 

Le secrétaire                                                           la présidente

Laurent D.                                                                Régine L.

 

Repost 0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 11:01

 

IMG_0202.JPG

 

Objectif de la sortie :

Découverte du milieu souterrain par des néophytes du genre féminin

Compte rendu :

Grande premièrepour ces 6 filles de 6 à 59 ans, en effet elles n'avaient jamais envisagé une telle expérience.

Du rendez vous de ST Laurent pour le covoiturage, nous nous rendons sur le vaste parking de la grotte. Séance d'équipement dans la bonne humeur sous la torride chaleur de l'été . Appréhensions palpables à l'approche du trou .François fait une petite présentation géologique du secteur.

S'en suit une séance photo dans l'entrée des 2 équipes:encadrées /encadrants puis la constitution des duos1 homme 1femme !!!!!.

Le début de la visite se fait dans le silence puis petit à petit les langues se libèrent.

Dans le passage « boite aux lettres» grosse émotion....puis la peur maitrisée nous arrivons dans la grande galerie en chantant.

 vers l'échelle

Parcours sans encombre jusqu'à l'échelle. La plus jeune osera faire un tour dans le boyau.Re-photos et direction le pique -nique souterrain avant le retour très rapide à la surface.

La troupe est enchantée et se met joyeusement au lavage du matériel.

Re -observation sur la géologie du Vercors au pont de Goule Noire …...Opération réussie !

Nous rentrons au séchoir pour le partage du gouter : les filles ont apporté gâteaux et boissons.

La soirée se poursuit pour la plus part autour d'une bonne table conviviale puis au bal de la Fête nationale et son traditionnel feu d'artifice!BOUM !!!

Conclusions :

à refaire tant la joie était au rendez-vous.

IMG_0199.JPG 

 

 

Participantes :

Francine, Myriam, Lucile, Nathalie, Sarah Malia et Floriane les filles qui souhaitent découvrir la spéléo.

En encadrement : Régine puis les garçons : Jérome, Antoine , Patrick et François

 

TPST : 2h30 

 

Repost 0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 10:56

 

Objectif de la sortie :

Voir la trémie et chercher la suite du courant d’air.

 

Compte rendu :

Dès l’entrée il y avais un gros courant d’air. Nous avons fait plusieurs aller retour pour le suivre mais le plus gros passe bien par la trémie. Quelques mètres après, il y a une faille qui part dans le même direction Mais bouché par deux gros bloc. Nous avons essayé de les enlever sans succès. Il faudra du produit.(Cela dit la trémie peut être tirée sans problème au moins au début)

Conclusions :

                                     À suivre

 

Participants : Verdot et Verdot           TPST 4h

 

Repost 0
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 14:03

Objectif de la sortie : Continuer la désobtruction et découverte de la spéléo pour Léo.

 

 

Compte rendu : Rendez-vous à 9h à St Jean pour François, Jérôme et Léo. Je prévois de les rejoindre au début de l'après-midi. Une fois arrivé à la réserve d'eau, François reçoit un appel secours en Chartreuse. Et toute l'équipe redescends au séchoir. Après quelques coups de fils, Jérôme et Léo décident de remonter à Font d'Urle, et de commencer l'initiation de Léo, en m'attendant. C'est à 14h30 que je rejoins Jérôme et Léo, qui sont en train de frapper du marteau dans le méandre. Après avoir fait connaissance de Léo, et d'avoir jeté un coup d'œil au travail réalisé par les précédentes équipes, je fais les 2 premiers trous. Nous avons décidé de les faire le plus loin possible, pour avoir une idée de ce qui suit derrière. Chose pas aisée, sachant que pour tenir la perfo, j'étais parfois sur le dos, tête en avant, penché vers le bas et la main par dessus mon épaule pour tenir la perfo. Et c'est Jérôme qui me dit si je dois tenir la perfo un peu plus haut ou plus bas. Je ne vous dis pas comment c'était pour mettre les 'quenelles de papier'. C'est en soufflant avec le tuyau, que nous constatons un beau courant d'air. La cutine revient sur nous à belle petite allure.

Une fois en bas, prêt pour faire le travail, je constate que François ne nous à pas laissé la pile de 9volts. Heureusement, Jérôme a des piles de 1,5v de rechange, et c'est Léo qui les tient l'une contre l'autre pendant que je fais le contact. BOUM! Et bien on s'est bien débrouillé après tout. En haut, nous constatons que c'est trop étroit avant notre premier tir et qu'il faut élargir ça avant tout. Chose faite. Je peux enfin m'engager tête en avant sur une pente descendante pour jeter un coup d'œil derrière le dernier bloc. Ce n'est pas un puits, mais la continuation du méandre, mais qui s'élargit raisonnablement. Il nous reste à faire sauter le dernier bloc. Je laisse Jérôme faire ses premiers trous mais il me laisse faire le bourrage et la connexion. Je contrôle systématiquement la ligne pendant ma descente, et à 3 places, les connections se sont détachées ou bien les 2 fils se sont touchés !!! Nous ne sommes pas remontés pour voir, car il était déjà 19h45.

.

 

Conclusions : Le courant d'air est légèrement présentet je pense que la prochaine équipe pourra au moins progresser de quelques mètres, si ce n'est plus dans le méandre.

 

Écris par Dirk

 

Participants 

François L, Jérôme B, Léo et Dirk D

 

TPST : 7h

 

Repost 0